Retour aux actualités précédentes
Publié le 04 - 12 - 2019

    « Le projet de Macron est de casser la retraite par répartition »

    Dans une interview accordée à La Tribune, François Hommeril, président confédéral, évoque la mobilisation du 5 décembre et l’opposition de la CFE-CGC à la réforme des retraites voulue par le gouvernement.

    Pourquoi la CFE-CGC a-t-elle décidé de rejoindre le mouvement du 5 décembre après être restée en retrait ?

    Nous avons eu un comité directeur composé de 16 présidents de fédérations à la fin du mois d'octobre. J'ai proposé à ce moment-là que l'on refasse une analyse très critique du projet de réforme des retraites. Depuis le 22 octobre, la journée du 5 décembre a pris de l'ampleur. La base de notre syndicat est devenue très sensible à ce fait de société. C'est le terrain qui a mis sous pression les fédérations. Celles-ci sont venues s'exprimer à l'occasion d'un comité confédéral.

    La confédération a noté dans sa délibération que le syndicat se joindrait au mouvement. Nous n'avons pas lancé un appel à la manifestation comme d'autres l'ont fait mais nous avons laissé aux fédérations le choix d'appeler à se mobiliser le 5 décembre. Plusieurs fédérations comme le transport, l'aérien, les énergies, la culture et communication ont décidé de mobiliser leurs militants. D'autres non. La CFE-CGC est une organisation démocratique qui suit les décisions prises dans les instances qui constituent et régulent notre organisation.

    Que reprochez-vous précisément au projet de réforme du gouvernement ?

    Au départ, le gouvernement a utilisé le slogan « 1 euro cotisé vaut 1 euro de retraite ». En réalité, l'objectif de l'exécutif est la captation des réserves accumulées par les salariés pour pouvoir financer principalement l'évolution du régime des fonctionnaires mais peut être aussi l'évolution du régime général dans lequel l'État a des responsabilités importantes en termes de gestion. L'État ne tient pas ses engagements en matière de retraites. Il veut faire payer les partenaires sociaux et les salariés des régimes qui ont accumulé des réserves pour faire face aux déséquilibres démographiques.

    Il veut également faire payer la convergence des systèmes pour transformer les retraites en une annexe du budget et le traiter comme le budget de la Sécurité sociale qui est géré de manière catastrophique. Il veut en faire un auxiliaire de gestion des deniers publics. Il veut s'approprier cet argent alors que ces sommes sont des cotisations prélevées sur les salaires, les revenus, l'activité. Il veut simplement mettre la main sur de l'argent qui n'est pas le sien. Il veut faire peser un risque énorme sur le niveau des pensions. Le projet est de casser définitivement cette partie du modèle social français qui est la retraite par répartition.

    Pourquoi n'avez-vous pas profité du début des concertations il y a deux ans pour manifester plus clairement votre désaccord ?

    Au début, nous sommes entrés dans la concertation en avançant nos arguments. Même si nous n'étions pas opposés au principe de la retraite par points, ce système entraînait un certain nombre de désagréments et de déséquilibres. Dans le dispositif à venir, il y aura forcément des gagnants et des perdants. La première phase de concertation a permis de poser les arguments et de discuter, mais la deuxième phase correspond à une concertation sans négociation. Le gouvernement avance l'idée que rien n'est décidé. Je préfère que l'on vienne vers moi en m'expliquant ce qui est décidé et les éléments sur lesquels on peut négocier mais les choses ne sont pas claires.

    À quel moment le gouvernement a-t-il changé de position selon vous ?

    Le masque est tombé au moment où le gouvernement a affiché son obstination afin d'obtenir un régime équilibré en 2025. Cet objectif n'a aucun sens dans un régime par répartition. Ce régime est forcément en déséquilibre en raison des évolutions démographiques. Dans un régime par répartition, on doit anticiper sur vingt ans. Une population reste en moyenne vingt ans à la retraite. Sur ce point, les dernières projections du Conseil d'orientation des retraites n'ont pas bougé. Les dernières remarques de Richard Ferrand sont scandaleuses. Dire qu'il faut absolument partir sur de bonnes bases et avoir un régime équilibré en 2025 est complètement faux. Ces paroles contribuent à jeter un discrédit définitif contre ce type de classe politique. Les problèmes générés par la crise de 2008 ont été réglés par la réforme de Marisol Touraine. L'État ne prend pas ses responsabilités. Il décide de l'exonération de cotisations et ne les compense pas. Il met en péril le régime général et il ne remplit pas ses obligations relatives au régime des fonctionnaires.

    Pour lire la suite de l’interview, cliquez ici.